Lesrapailleurs

AU GRAND JOUR

Un film de Emmanuel Tardif

2021-2022 / Fiction / Indéterminée
Distribution – Indéterminée
Postproduction 

Synopsis

Une famille bourgeoise vit recluse depuis huit mois après la naissance surprise et demeurée secrète d’un bébé.

Vivant dans leurs silos respectifs, tous ses membres semblaient se momifier à petit feu, jusqu’au jour où leur fille Hélène, 17 ans, retrouve le père de son enfant.

Elle part ainsi vers le Bas-du-Fleuve pour annoncer sa paternité à celui qu’elle n’a connu qu’un soir. Mais son absence provoque un puissant remous dans la cellule familiale et les tensions qui s’y animaient se déchaînent jusqu’à ce qu’un accident mystérieux implique Bébé…

L’ordre malsain se disloque et le retour d’Hélène, suivie du père de Bébé, révèle les désirs enfouis.

Écrit et réalisé par : Emmanuel Tardif

Production : Les Rapailleurs

Avec :

Amaryllis Tremblay, Karine Gonthier-Hyndman, David Savard, Elijah Patrice, Jean-Simon Leduc, Marianne Fortier, Gabrielle Forcier, Xavier Huard et Dali Moretti-Sanchez.

Scénario et réalisation : Emmanuel Tardif

Production : Léa Roy et Emmanuel Tardif

Montage : Antoine Foley-Dupont

Direction photo : François Herquel

Assistante à la caméra : Mathilde Lytwynuk

Prise de son : Yecine Meliani

Perchiste : Guillaume Agier

Direction artistique : Geneviève Boiteau

Costumes : Laurence Perreault-Brière

Adjointe à la production : Laurence Wells

Colorisation : Joseph Cadieux

{

Note d’intention

Au grand jour est une plongée profonde dans la brutalité d’une naissance imprévue.

Au cœur d’une famille conservatrice, que peut provoquer l’accouchement d’une adolescente de 17 ans ?

C’est la question qui sous-tend ce récit. Se gardant des outils maintes fois exploités du réalisme social, ce film se déploie comme un lent voyage de découverte dans l’inconscient d’une famille éclatée. C’est un corps social ne vivant que sous le regard des autres qui décide suite à un tel évènement de se couper complètement de ce regard. Le résultat de cette coupure provoque alors l’atmosphère inquiétante de leur maison en ruine.

Avec ce bébé devenu le centre de leur imaginaire, le spectateur assiste à la lente agonie de cette famille, à la désintégration de leurs repères communs. Qu’est-ce qu’un bébé dans un noyau vide, dans un corps moribond, dans une maison en Playmobil ? Telle est la question que pose finalement le film.

Sélections :

Prix :